Dispositif de soutien au tissu associatif des Français à l’étranger (STAFE) - Appel à projet 2020

Le fonds de soutien au tissu associatif des Français à l’étranger vise à appuyer les projets d’associations locales de Français de l’étranger, qu’ils soient de nature éducative, caritative, culturelle, d’insertion socio-économique et qu’ils contribuent au rayonnement de la France, en complément des programmes existants d’aide aux Français gérés par notre consulat.

Sa création a été annoncée par le Président de la République le 2 octobre 2017 devant l’Assemblée des Français de l’étranger, en remplacement du dispositif de « réserve parlementaire ». Ce fonds est doté de deux millions d’euros. 2020 est la troisième édition des appels à projets du STAFE.

Pour quelles associations ?

Toutes les associations locales portant des projets de nature caritative, culturelle, éducative ou d’insertion socio-économique contribuant au rayonnement de la France. L’association doit avoir plus d’une année d’existence pour pouvoir présenter un projet.

Quelles sont les conditions d’éligibilité des projets ?

• Seules les associations enregistrées localement sont éligibles.
• La subvention ne doit pas être la seule source de financement du projet. Le maximum est fixé à 50%.
• Le montant sollicité doit être compris entre 1000€ et 20 000€.
• Le projet soumis doit être de nature caritative, culturelle, éducative ou d’insertion socio-économique et contribuer au rayonnement de la France ou compléter les programmes existants d’aide aux Français gérés par nos Ambassades.

Quand et comment postuler ?

- 4 mai 2020 : date limite de retrait des dossiers de candidature (à télécharger ci-dessous ou à retirer auprès du service des affaires sociales du Consulat général de France à Genève)

- 11 mai 2020  : date limite de réception des dossiers de candidature par le Consulat

Le dossier de subvention devra comprendre les éléments suivants :
1. Formulaire de demande - (consignes de saisies)
2. Demande de subvention mentionnant clairement le montant sollicité par l’association au titre du projet sous la forme d’une lettre signée par le président de l’association ou son représentant ;
3. Statuts de l’association et leur traduction en français au besoin, ainsi que la preuve d’enregistrement auprès des autorités locales ;
4. Éventuellement, tout document produit par l’association permettant d’étayer et de justifier la pertinence de la demande ;

Les dossiers seront examinés localement par le conseil consulaire qui émettra un avis motivé et détaillé avant d’être soumis à la validation d’une commission consultative nationale associant élus et administration. Les montants accordés par la commission seront délégués localement aux associations retenues.

publié le 04/02/2020

haut de la page